mardi 15 juin 2021

 

31 mai

Nous sommes chargés comme des baudets : chacun son sac à dos, sa tente affût, son matériel photo… Les herbes hautes qui bordent l’étroit sentier, sont trempées. Nous aussi, jusqu’aux cuisses ! Mais le ciel est bleu, les oiseaux chantent : c’est parfait ! Nous montons nos tentes affût sur deux sites différents. Il ne nous reste plus qu’à attendre les oiseaux dans nos abris de toile.




La rivière, lisse, coule lentement entre ses deux berges escarpées. C’est sur ces dernières que les guêpiers creusent leurs nids. Les fientes sur le sable attesteraient de leur présence si je n’entendais leurs chants mélodieux. Ils sont perchés dans les arbres qui m’entourent. Ils vont se familiariser avec l’affût avant de redescendre. Je ne suis pas seule. En face de moi, un autre affût attend le retour des oiseaux. Nous ne bougeons plus, faisons silence.

Guêpiers d'Europe (Merops apiaster)

Très vite, ils arrivent, se posent, redécollent, virevoltent dans l’air déjà chaud de ce petit matin. Quel plaisir de revoir ces oiseaux arc-en-ciel !


















Ils choisissent leurs terriers, vont de l’un à l’autre et ensuite creusent.





















En une fois, tout s’envole ! Je ne vois rien pourtant !? Très vite, ils reviennent et recommencent leur manège. Ils chassent, se nourrissent mais aussi, se font des offrandes, s’accouplent…il y a de l’amour dans l’air !

























































Les heures défilent, le soleil monte, chauffe nos toiles. Les guêpiers continuent à vivre leur vie. Parfois ils frôlent l’affût. Je commence à m’ankyloser, mes poignets sont douloureux (je reviens avec mille photos !), mes jambes tremblent parfois…pfff, je n’ai plus vingt ans ! Mais à vingt ans, j’étais au boulot ! Vive la retraite !








De son côté Luc les a photographiés sur un autre site, plus loin sur la rivière. Dans un décor différent du mien.